Philippe Ribière, de l'escaladeur au photographe : le handicap fait son art



12 MARS 1977 : Une maternité en Martinique. Un bébé voit le jour, le visage et les membres déformés, aussitôt abandonné par ses parents. Quatre ans plus tard, il est adopté par une famille métropolitaine. Judicaël est rebaptisé Philippe.


Il grandit sans trouver sa place, subissant d’innombrables et douloureuses interventions chirurgicales pour atténuer les marques de son handicap. Contre tout attente, c’est grâce à l’escalade que cet enfant sauvage va trouver son équilibre. Durant 15 ans, il dé e les falaises et les préjugés, et se bat pour faire reconnaitre l’handi- escalade. Philippe Ribière séduit les sponsors, interpelle les médias, attise la curiosité de l’opinion publique... L’enfant né sous X s’est fait un nom. Refusant de se morfondre dans le ghetto « handicap », il est de ces hommes que rien n’abat et qui font bouger le monde. Le Regard porté vers le ciel, les mains agrippant le rocher, il observe d’en haut. Le «petit» homme est devenu un géant.



Fort de ces expériences depuis 2016, Philippe s’est tourné vers une autre passion, la photographie studio, où il sublime les corps abimés par la vie et les personnes mal dans leurs peaux.


Du 8 au 30 septembre, Philippe Ribière expose sa série "LE HANDICAP FAIT SON ART" à La Tribu.

Le 8 septembre à partir de 19h00, venez à la rencontre de l'artiste pour découvrir son exposition lors de la soirée de vernissage.



40 vues0 commentaire