Lhunatica, un chemin du Venezuela à Montpellier

Dernière mise à jour : sept. 5

Jeune artiste montpelliéraine, Lhunatica nous offre un art nouveau : la peinture numérique. Derrière l'artiste et ses créations, se trouve une histoire faite d'instants, les instants de toute une vie...


Du Venezuela à Montpellier


Si vous demandez à Lhunatica de vous conter son art, vous serez surpris du récit. Sa biographie ne se résume en rien à des inspirations ou un parcours artistique mais en 3 instants de sa vie qui l’ont façonnés et ont développé sa créativité.


Le premier instant de sa vie se déroule à Madrid dans le musée du Prado lorsqu’elle avait 11 ans. Petite créature se promenant dans les grandes salles du musée, une peinture gigantesque de Diego Velazquez attire son regard. Transportée dans cet incroyable univers vintage, elle décrit cet instant comme un momentum : un instant figé dans le temps et l’espace.


Le second instant de sa vie concerne son arrivée en France. Bien qu’en ne mentionnant que brièvement sa fuite du Venezuela due à la guerre, c’est à 22 ans qu’elle atterrit à La Rochelle, sans ressource ni papier. Après différentes mésaventures, elle fait la rencontre d’une famille qui prend soin d’elle et l’aide à traverser ces moments difficiles. C’est à ce moment inattendu que l’artiste marque cet instant de sa vie en prenant conscience de la bonté et la chaleur humaine de certaines bonnes âmes.


Le dernier instant que retient la jeune artiste se passe quelque temps après son arrivée dans la ville de Montpellier. Seule et se battant pour assumer sont travail alimentaire et ses études d’art à l’université, elle subit un incendie dans son immeuble qui (comme elle s’amuse à le mentionner) a fait fondre la glace entre elle et ses voisins, provocant une amitié solide entre les habitants de l'immeuble.


Aujourd’hui à 28 ans, c’est, entourée de ses nouveaux proches, que l’artiste s’épanouie enfin pleinement et croque la vie à pleine dent. Ses créations originales de peinture numérique, sont un reflet de tous ses instants qui ont fait d’elle : Lhunatica.



Les chemins de la vie : une série labyrinthique


Il paraît que si l’on se dirige toujours vers la droite, il est possible de sortir du plus complexe des labyrinthes. Une route unique qui nous conduirait à l’endroit exact où nous serions censés être, notre véritable destination. Ce labyrinthe nous apparaît comme un chemin sans détour ni libre arbitre, nous dirigeant vers un destin invariable.


L’autre labyrinthe est un enchevêtrement des chemins balisés au cours de nos tentatives et de nos échecs. Ici, se perdre fait partie de l’expérience. Tout comme dans la vie, les choix y sont délicats. Vous vous demanderez constamment si vous êtes sur la bonne voie pour rejoindre le centre du labyrinthe ou en trouver la sortie.


Pour Lhunatica, ces labyrinthes coexistent. Ils sont les deux faces d'une même pièce de monnaie et travaillent ensemble pour créer "les chemins de la vie".

Comment comprendre cette incohérence ? Comment ces deux types de labyrinthes pourraient coexister ? Elle pense à eux comme elle pense au temps. La vie, maintenant, en cet instant, dans ce présent pourrait être le labyrinthe dans lequel nous nous perdons. Nous aurions alors autant de choix qui se présenteraient à nous que de chemins à emprunter. Certains pourraient nous ramener à notre point de départ, d’autres nous porteraient vers notre destinée. Cependant, tant que nous chercherons à observer les labyrinthes de nos vies par le prisme du présent, ils ne nous sembleront jamais linéaires et apparaîtront comme un enchevêtrement insensé.


Retrouvez la série « Les chemins de la vie » de Lhunatica dans la galerie digitale de La Tribu.

68 vues0 commentaire