Des portraits au regard pétillant

Art'No nous présente sa collection de portraits tout en couleurs aux milles et une courbes.


Un artiste autodidacte


Arnaud BERTRAND dit « Art’No » se passionne pour l’art depuis son plus jeune âge et c’est tout naturellement que sa passion le guide aujourd’hui vers une aventure artistique finalement ancrée en lui depuis bien longtemps déjà. D’un geste sûr, ample et canalisé Art’No crée des portraits rassurants, calmes et posés, malicieux ou rêveurs, qui nous offrent à leur façon leur regard pétillant sur le monde. Art’No organise sur sa feuille blanche, sa toile ou son support, strate par strate, des tracés et des lignes de couleurs successives pour aboutir à leur explosion : couleurs primaires (ou tout au moins très proches), couleurs vives, flamboyantes, fortes mais sensuelles.

Tout cela délicatement transcrit, tracé, dessiné, sublimé, afin d’aboutir à l’équilibre et l’harmonie dans une notion de dualité chère à l’artiste.

Les couleurs sont à son image, remplies de générosité et d’optimisme. À la charnière de la figuration narrative, du graphisme et de la BD, son travail naît de la spontanéité, de la fantaisie, mais surtout de l’énergie qu’il a en lui. Energie qui se traduit par un geste sûr, spontané mais fortement maîtrisé.

Il sait qu’il n’a pas droit à l’erreur : un trait qui échappe, un mouvement de la main inadéquat, et c’est l’équilibre tout entier de sa composition qui flanche.




Des portraits aux arabesques colorées


Dans ses séries de portraits tout en couleurs et bien ancrés dans l’air du temps, son imagination est débordante et joyeuse.

Les expressions de ses visages nous renvoient à des sujets et préoccupations actuels tournant toujours autour de notre environnement quotidien et de l’Autre : amis, relations, rencontres …

Ses visages, très attachants semblent tous si sérieux, si vulnérables ou si joyeux. Ils sont construits et symbolisés par une ou deux volutes de couleur, tels des fils si fragiles qu’ils seraient susceptibles à tout moment d’en décrédibiliser leur expression.

Ses personnages pourraient tous être « nos amis », amis d’un jour, amis d’un soir, amis d’une vie. Leur seule présence sur la toile nous touche et nous remplit de bonheur.

Il n’est plus alors besoin de se poser des questions : Nous adhérons, nous aimons, nous subissons.




Des références aux gestes assurés


Dès son enfance Art’No a été touché par les œuvres de Mondrian mais surtout de Matisse et Miro par leur gestuelle spontanée et primitive.

Un crayon et des couleurs à la main, lors de toutes ses sorties familiales, il cherchait à croquer les instants du quotidien, qu’il consignait dans ses petits carnets de dessins. ll a su aujourd’hui se créer une écriture personnelle, à la fois naïve ou simpliste mais certainement sûre et maîtrisée, si graphique mais toute empreinte de poésie.

Art’No ne cherche nullement à être "comparé à" même s’il revendique certaines attirances ou influences.

Sa main s’exprime spontanément sur sa toile ou sa feuille de papier. Les erreurs du début, les gestes hasardeux, les imperfections, les graphismes évolutifs ont fortement contribué à la construction actuelle de ses dessins sur papier, de ses peintures sur toile, de ses compositions murales le tout dans un espace porteur de ses couleurs fétiches.

Art’No joue avec des volutes, des courbes et des arabesques, formes improbables à main levée issues de graphismes qu’il veut à chaque fois novateurs et qui s’accrochent et se balancent entre mystère et poésie.

Il privilégie le mouvement qui s’inscrit jusque dans un trait libre et dynamique, comme un lien qui nous relie à des propositions singulières ou sophistiquées.


L’objectif d’Art’No n’est pas de figurer la totalité de l’objet (visage), mais de distinguer chaque élément qui le compose en volume et en plan.

Les contrastes de forme sont induits par la couleur.


Retrouvez les portraits de Art'No dans la galerie digitale de La Tribu !

123 vues0 commentaire